Fago.sepia — L'âme sûre ruse mal

Glancing at the bandpic on the right reading me claiming fago.sepia  to be mathrock may raise an eyebrow or two. And yes, you should forget about the Psyopus's, Orthrelm's and The Dillinger Escape Plan's of this world. This outfit apparently performs sitting down and it suits their music just fine, as it's not at all music to mosh to. Sit down and listen to the instrumental rock with a touch of jazz. Never over the top in any respect, neither in complexity or agression. Tortoise would be a reference point although these French guys show a different approach, but the vibe (but no vibes) is similar. Fago.sepia is a perfect group for people that like intelligent rock, without too much testosterone or hysteria usually coming with math rock and enough activity to not lull you asleep. It will not change the world, but serves a pleasurable thirty minutes.
Release available at Bandcamp

Music Machine



Fago sepia Post-(jazz)-rock tra guizzi improvvisi e insistiti cambi di ritmo. Band francese dedita ad un post-rock strumentale dalle forti tinte jazz, i Fago Sepia scongiurano il rischio “prevedibilità” con sei brani estremamente dinamici, non privi di insistiti cambi di ritmo e di guizzi improvvisi (ad esempio il clap clap che fa la sua apparizione tra le scosse di “Trois”). Due chitarre che intercalano lampi elettrici, fraseggi ipnotici e tasselli pointillistici (soffermatevi in particolare su “Neuf” e su “Cinq”); una batteria deputata a rimodellare continuamente il percorso dei pezzi; un basso che funge da collante innestando dosi sottocutanee di groove. Per gli appassionati del genere, un cd sicuramente da avere. / Guido Gambacorta.

Communicazionne interna



Le 17/04/2006 : Sur ce coup-là, on arrive un peu après la bataille, on vous l’accorde. Cet album de Fago.Sepia est apparemment sorti il y a un an et demi. Pour notre défense, on vient tout juste de le recevoir (et je ne pense pas que le facteur soit en cause…). Et comme c’est plutôt un bon disque, qui n’a probablement pas fait toutes les unes des grands magazines, on fait fi de la dictature de l’actualité pour vous toucher quelques mots de ces Bretons
Le chroniqueur averti vous le dira tout de go: un groupe qui intitule les six titres de son album “Six”, “Neuf”, “Trois”, “Huit”, “Cinq” et “Sept” va lui donner du fil à retordre… Et pourtant, le disque est à peine inséré dans le lecteur que tout semble déjà limpide, familier, évident. N’allez pas croire pour autant que ces Rennais se contentent de réciter par coeur la leçon post-rock. Bon, d’accord, on sait quand même où l’on va, on a déjà entendu ces hésitations volontaires entre rock et free jazz par le passé. On pense forcément un peu aux groupes des labels Constellation (Do Make Say Think…) ou Ruminance (Cheval De Frise…). On se dit que ces gars-là doivent bien aussi avoir quelques disques de Mogwai, Karaté, Sonic Youth ou Shellac sur leurs étagères. Mais Fago.Sepia a quand même cette patte très personnelle qui vous indique tout de suite que vous avez affaire à un excellent groupe. Le son clair des guitares est magnifique (”Six”, “Neuf”…), les compositions complexes, mais jamais prises de tête (”Six”, “Sept”…) et la batterie est aussi à l’aise quand il faut rudoyer les cymbales (”Trois”) que lorsqu’elle doit balayer amoureusement ses toms (”Cinq”). Le disque à filer à votre père fan de jazz la prochaine fois qu’il vous prend le chou à casser du sucre sur vos groupes de rock fétiches… Ca devrait calmer ses ardeurs..
Une oreille imaginative trouvera même dans le jeu des guitares un groove pas si éloigné d’un afro-beat mutant (Meï Teï Shô?) qui donnerait rapidement des fourmis dans les jambes (”Neuf”, “Huit”…), situation assez paradoxale pour des musiciens qui jouent tous assis (si l’on en croit les photos sur leur site!)..
Ces potes de Unlogistic font donc avec ce disque la démonstration de leur bon goût et de leurs qualités artistiques: du joli palindrome du titre à l’artwork soigné, en passant par l’exécution ou la composition, on ne voit pas grand-chose à reprocher à Fago.Sepia (si ce n’est de nous faire découvrir cet album aussi tard.

Mowno




Un premier EP sorti en 2004, cet album paru en 2006, il est clair qu’avec Fago Sepia on ne fera pas dans l’évènementiel. Et on ne s’en excusera même pas. On ne savait pas qu’ils existaient bien qu’ils soient français. Jusqu’à recevoir cet album au nom tant énigmatique que ces palindromes fins et futiles dont je n’ai d’ailleurs toujours pas compris l’utilité dans l’usage d’une langue ou d’un écrit… Mais laissons ces considérations de côté – et tout à fait personnelles pour le coup – pour nous concentrer uniquement sur la musique de Fago Sepia. Volonté d’ailleurs clairement affichée par le groupe : Fago Sepia c’est leur musique. Aucun titre de morceaux hormis des chiffres aussi impersonnels qu’énigmatiques, musique instrumentale par excellence, graphisme autant minimaliste que négligé digne de la culture indie dans sa plus pure expression, pas de doute seule leur musique compte. Point barre. Pas de théorie, pas de message, pas d’expression lapidaire ou bien encore existentielle. Non rien de tout cela. Entrer dans l’univers de Fago Sepia c’est accepter que la musique puisse exister pour elle-même, se joue et se complaise d’elle-même tout en se livrant pieds et poings liés à l’auditeur, vierge de toutes considérations. Et c’est d’ailleurs le sentiment premier à l’écoute de l’âme sûre, ruse mal, la sensation de pénétrer avec une facilité déconcertante cet univers musical, se laisser envahir d’une pureté, d’une légèreté quasi virginale et surtout salvatrice pour qui souhaite poser les valises quelques instants, se lover au cœur de son canapé pour enfin parvenir à ce repos, cette paix de l’âme si complexe, si sauvage, si difficile à saisir.

Pour autant n’allez pas croire que la demi heure qui compose cet album est uniquement un amalgame de sons et autres délires ambiants soit disant à même de plonger l’être au cœur de nymphes salvatrices. Nul délire pour hippies sur le retour. Rien à voir. Ici on est plongé dans des harmoniques et des rythmiques portées avant tout par le duo guitare-batterie, façon jazz s’acoquinant avec ce que l’on appelle communément aujourd’hui le post-rock. Deux guitares, une basse, une batterie. Cette configuration rock classique n’hésite pas à jouer les trouble-fête au cœur d’un univers free-jazz et se voile d’une production cristalline, quasi clinique, aussi froide que lumineuse donnant tout l’espace nécessaire à chaque protagoniste pour enfin laisser libre cours à cette musique mariant aussi bien le groove et la complexité du jazz que l’esprit et certaines dissonances du rock. Les références seront alors légions : Don Caballero, Cheval de Frise, Do make say think, Chevreuil, Sonic Youth, j’en passe et des meilleures… Alors certes les premières écoutes vous procureront très certainement le sentiment de déjà vu, déjà entendu pour qui navigue dans les univers précédemment cités. Mais cette sensation s’envolera bien vite, la maîtrise et les paysages sonores créés possédant une force et un caractère que rien ne laissait présager de visu. Et c’est bien là la seule leçon à retenir à l’écoute de l’âme sûre, ruse mal : ne jamais se fier au paraître. Si la musique s’en drape parfois, elle n’en a nulle obligation et in fine seul le plaisir compte. Et c’est bien de plaisir dont il est question ici
.

Eklektik rock


 


















Aposiopèse | News | Releases | Artists | Shop | Events | Press | Links | Info








FAGO-SEPIA - L'ÂME SÛRE RUSE MAL (CD by Aposiopese)
For the title of their cd they choose a palindrome, for the songs they made things less complicated: "Six", "Neuf", etc. Anyway the titles make clear that we are in the company here of a french band. An instrumental postrock combo to be more precise. They do a nice job. A lot is happening in their inventive constructed songs. With their use of riffs they succeed in building up nice layers of organic and melodic music. Very coherent and clear compositions. Besides all is done very well-crafted. I know they are around since 2002 and "L'âme sûre ruse mal" is their second. Alas I can't give you any line-up or other information. I have it not available. Another french postrock band that impressed me, like did Crevecoeur and Sincabeza in the last few years (DM).


Vital weekly



23-Oct-2007 3:40 PM - Fago.Sepia - L'âme sûre ruse malFago.Sepia - L'âme sûre ruse mal (6tx cd, 3o'22" - Bolton Wonderland rec 'o6) - Ok, let's use them all: instrumental, mathematical, math-rock, free-jazz, avant-post-rock (and retro-front), cinematographic, angular, atmospheric, cerebral, reflective, film-music, somehow minimal, krautrock, aesthetic, 7o's experimentalism, repetitive figures, labyrinthic, - i mean, french quartet Fago.Sepia knows how to excel in the above mentioned formulas, - the same compositions are entitled as numbers, - they are more than excercise of style when they touch perfection of cold mechanics. Nothing new or a significant step forward, - anyway, - great performances. // Fago.Sepia - L'âme sûre ruse mal (6tx cd, 3o'22" - Bolton Wonderland rec 'o6) - Ok, usiamoli tutti: strumentali, matematici, math-rock, free-jazz, avant-post-rock (e retro-front), cinematofrafici, angolari, atmosferici, cerebrali, riflessivi, musica per film, in qualche modo minimali, krautrock, esteti, sperimentalismo anni 7o, figure ripetitive, labirintici, - mi spiego, - il quartetto francese Fago.Sepia conosce a menadito come eccellere nelle sopra citate formule, - le stesse composizioni sono intitolate come numeri, - e divengono più di un mero esercizio di stile quando toccano la perfezione della fredda meccanica. Niente di nuovo o un significativo passo nell'oltre, cmq sia, ottime performance.

Inkoma



On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même. Après un premier ep autoproduit sorti en 2004, Fago.Sepia a voulu rester libre de ses mouvements en créant Bolton Wonderland qui sert de support pour les publications du groupe. Le groupe a donc pu réaliser son premier album avec la possibilité d'être complètement maître de son destin. Une totale indépendance, c'est le luxe rêvé pour de nombreux artistes. Fago.Sepia démontre, en tout cas, que cela est toujours possible. Les Rennais ne sont sans doute pas un exemple unique mais ils sont assez symptomatiques d'une prise de conscience. L'indépendance artistique n'est pas morte et il était temps de le prouver. Du moins à ceux qui la croyaient enterrée depuis des lustres.

L'Âme Sure Ruse Mal, titre palindrome, est un disque de math-rock sans complexes qui fait plaisir à entendre. Moins puissant qu'un Chevreuil ou qu'un Room 204, le propos de Fago.Sepia n'est pas dans l'exubérance ou dans la débauche d'énergie. Disons plutôt que les Bretons ne vont pas jusqu'à l'épuisement mais que le propos est plus clairement dans la technicité et le ressenti mélodique. Et dans ce registre il n'y a aucune peine à constater que l'objectif est largement atteint. Clairement, si les rythmes sont géométriques, Fago.Sepia est plus largement dans une veine post-rock où les influences jazz ne sont jamais absentes.

On pourra trouver l'ensemble assez classique, ne dépassant que rarement les bases du genre mais on ne pourra pas leur enlever une parfaite maîtrise et une qualité d'écriture tout à fait appréciable. En trente minutes et pas moins de six morceaux, Fago.Sepia convainc sans peine, se plaçant comme l'un de nos meilleurs représentant math-rockeux. Sans extravagance le groupe sait parfaitement doser ses effets, ne restant pas toujours sur le même modèle et parvient à se rendre passionnant tout au long de ce court album. Tous les espoirs sont ainsi permis. Fago.Sepia n'est certes pas sur la voie de la consécration mais en présentant de tels arguments il devient difficile de croire que le groupe pourrait être relégué au rôle de figurant.

Liability webzine

 

Après un premier EP prometteur,  l'âme sûre ruse mal  a finit par complètement me convaincre que Fago. Sepia écrit de bien belles chansons de post rock aux jolis accents jazzy. Ces six titres légers, mélancoliques, toujours dynamiques, jamais chiants, sont la preuve que le quatuor possède une écriture qui lui est propre même si inévitablement cette musique pourra vous amener à faire des rapprochements avec le premier Tortoise, le side project des gars de Joan Of Arc ; American Football, le meilleur de Karaté dernière mouture ou bien encore The Red Neck Manifesto, Storm and Stress...Le genre est constitué d'une multitude de groupes qui ont su s'affirmer par un son, des gimmicks, un esprit qui leur était propre, c'est le cas aussi de Fago. Sepia. Justesse des coups, précision du jeu alambiqué, inspirations jazzy nuancées, riffs catchy, mélodies imparables, les Rennais n'y vont pas de main morte quand il faut écrire des morceaux quasi imparables. Seuls les deux dernières tracks me semblent un chouia moins inspirées mais il faut bien que je redescende sur terre !!?? Ce qui fait peut être toute la  force  du premier album de Fago Sepia ce sont les montées en surrégime (pour du post math rock ok !) avec une avalanche de groove tendu qui porte l'auditeur vers le dancefloor sans en avoir l'air comme sur le terrible  trois . Sur le même morceau le combo va même jusqu'à placer des  claps hands  c'est vous dire que ça peut guincher pour des gars qui jouent assis en live. Un album première classe présenté dans un beau digipack...à découvrir absolument!.

Stnt









-